Fahrenheit 451 – Ray Bradbury

Fahrenheit 451.png

 

Cela fait plusieurs mois maintenant que je l’ai lu et je vous sors cette chronique plutôt en retard, puisque je l’ai lu en juin je crois, mais il fallait absolument que je vous parle de ce classique de la littérature science-fiction qui ne m’a pas laissée indifférente.

Au départ, je ne comprenais pas grand-chose à là où l’auteur voulait en venir. Plus exactement, il y a beaucoup de passages qui étaient flous et les dialogues ont une dimension résolument philosophique qui nous invite à la réflexion.

Le monde que nous présente Ray Bradbury est sombre, terne et d’une fadeur à pleurer. Personnellement, je voyais son univers tout en gris cendre tellement tout semblait sans couleur, goût et odeurs. Plus que l’abandon du livre, ce livre parle de l’abandon de notre façon de pensée, notre libre arbitre et notre capacité à réfléchir. J’ai fini par comprendre que le flou que je ressentais était lié à deux raisons simples : c’est un roman d’anticipation écrit dans les années 50 et le personnage principal que l’on suit est dans le même flou que nous.

Montag, notre héros, est comme tous les autres humains : aliéné et sans interrogations. Il suit simplement ce qu’on lui a toujours inculqué sans se poser de questions. Les choses sont comme elles sont et il n’y a pas de raisons de les remettre en question. Montag, s’éveille à la rencontre d’une jeune fille qui va l’amener à réfléchir à la société et son fonctionnement. Le plus étrange, c’est que notre héros appartient au départ au camp des « méchants » pompiers qui brûlent les livres et qui va peu à peu comprendre l’horreur de son geste. Je me suis attaché à cet homme brisé et enfermé dans une vie qui est malheureuse mais dont il ne pense pas « devoir » et « pouvoir » s’extirper.

Un attachement qui se fait d’autant plus que ce roman d’anticipation écrit dans les années 50 peint avec une ressemblance glaçante un monde futur qui ressemble beaucoup au nôtre. Même si les objets pensés ne sont pas exactement les mêmes, le concept et l’utilisation restent les mêmes et les conséquences aussi. Comme je le disais, ce livre est loin de m’avoir laissé indifférente parce que je ne pouvais m’empêcher de faire des rapprochements avec les évènements actuels et ce vers quoi tend notre monde. Scandalisée, effrayée, nauséeuse ou même tout simplement révoltée, cette lecture m’a fait l’effet d’une pierre jetée dans la mare.

Bref, ce livre mériterait d’être lu par beaucoup de monde pour bon nombre de raisons. Notamment avec les sujets qu’il aborde : liberté de pensée et d’être, l’accès à la culture, le vrai et le faux bonheur, le mensonge et l’aliénation d’une foule par les médias et ceux qui les dirigent… Ce livre n’est pas palpitant mais il est passionnant et inspirant. C’est le genre de lecture qui fait réfléchir et ouvrir les yeux sur le monde qui est le notre, et c’est d’autant plus effrayant.

Et vous, avez-vous lu ce livre ? Qu’en avez-vous pensé ? Coup de coeur, déception ? Bon moment de lecture ou indifférence totale ? Dites-moi tout en commentaire ! 

Aurélie

13 commentaires

    • Ah ! C’est bien ce que je me disais 🙂 Je suis contente de voir que nous avons le même avis sur ce livre 😉 Mais il est vraiment surprenant par la profondeur des écrits et par l’esprit visionnaire de l’auteur !

      J'aime

  1. J’ai adoré ce roman que j’ai lu plusieurs fois. L’auteur est d’une telle clairvoyance ! Qu’ils s’agisse des écrans omniprésents, des publicités qui nous abrutissent, des « coquillages » qui nous empêchent de communiquer avec les autres, tout est fait pour que l’on ait l’impression de vivre heureux dans la fiction… mais bien sûr aussi dans notre monde actuel. Ce roman nous rappelle que la connaissance, la liberté de penser, l’esprit critique, la culture nous permettent d’accéder pleinement et en conscience au bonheur. Ce roman nous invite à réfléchir d’une belle manière. En revanche, j’ai vu le film tiré de cette oeuvre et bien qu’il soit très fidèle au roman, je ne l’ai pas apprécié, il fait très « daté » et, selon moi, a mal vieilli.

    Aimé par 1 personne

  2. Je trouve que ce livre est un bon exemple de dystopie/science-fiction dans la mesure où on part de l’imaginaire pour mieux parler/dénoncer notre monde ou ses dérives. J’avais beaucoup aimé ce livre (je l’avais lu en parallèle de 1984 que je te recommande: il y a une réflexion intéressante sur le langage et le système d’embrigadement). Je me retrouve dans plusieurs de tes réflexions, je trouve aussi de ta critique est très pertinente. Tu m’as donné envie de relire ce livre 🙂

    Aimé par 1 personne

    • Merci beaucoup pour ce compliment ça me fait très plaisir ! Je suis d’accord sur le fait que ce soit un bon exemple et ce n’est pas pour rien qu’il est considéré comme un classique du genre.

      Je note d’ailleurs 1984 qui est dans ma wishlist mais que tu me donnes bien envie de lire plus vite. 🙂

      J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s