La chambre ardente de Max Gallo (de l’Académie Française) #10

La Chambre ardente.png

Genre : Historique

Edition : Le Livre de Poche

125 pages 

Deuxième livre de Max Gallo ( vous pouvez retrouvez mon avis sur le premier livre dans le bilan septembre 2015 ) et deuxième bonne surprise !

Dans La chambre ardente, Max Gallo nous entraine dans les bas fonds parisiens à la rencontre de toutes les bassesses et les machinations dont font preuves les résidents de la cour du roi pour arriver à leurs fins.

Le livre se construit sous forme épistolaire : Primi Visconti, ambassadeur de la Sérénissime République de Venise auprès de Louis XIV, fait part de ses ( sombres ) découvertes à son souverain aidé des informations que lui révèle le lieutenant général de la police de Paris, La Reynie. Tout cela se passe au temps de cette fameuse chambre ardente créé et présidée par le roi pour juger et condamner les personnes qui trempent dans certaines affaires,  de sorcellerie et poisons, notamment.

Pour vous donner une petite idée de ce que l’on trouvait à cette époque : sorcellerie, empoisonnements, torture, infanticides, messes noires, etc.

Et effectivement, il est fait bon nombre de références explicites à de tels actes tout au long du roman, mais bien loin de l’idée que nous donne le résumé, le livre ne se concentre pas exclusivement sur la marquise de Montespan, il est réellement question de toute la cour du roi, des plus connus ou appréciés du roi en personne, jusqu’au petits bourgeois avides d’argent ou encore la noblesse dans l’ombre et cherchant ( désespérément) à se faire remarquer du souverain.

Le lieutenant La Reynie est un des personnages les plus marquants de ce livre, mandaté par le roi pour faire place nette, résoudre les enquêtes, et désigner les coupables, il est le plus au courant des atrocités commises, et surtout des personnes impliquées et c’est lui qui révélera au roi que beaucoup de ses plus fidèles sujets y sont mêlés. Il dévoile au roi la face cachée de Paris et de ses habitants et montre que finalement entre les faubourgs sales et mal famés de la ville et la cour, il n’y a que peu de différences, les uns se fournissant chez les autres, assouvissant leurs désirs les plus vils, sans aucune éthique morale.

Le roi m’est apparu comme complètement désemparé face à ce que lui révèle La Reynie, tour à tour pris entre son devoir de réagir et de faire cesser de tels agissement mais pris à la gorge par les liens qui l’unissent à certains accusés, il décide pour beaucoup d’entre eux de fermer les yeux, et s’applique méticuleusement à faire disparaître toute preuve de leurs implications.

La grande énigme du livre reste Madame de Montespan, favorite du roi pendant des années, amour de sa vie dont il légitime les enfants, il ne la renie jamais, et la protège toujours, même lorsque soupconnée de s’en prendre à lui personnellement. La loyauté du roi envers son ex courtisane reste intact, au grand dam de La Reynie, qui sait beaucoup mais ne peut révéler au grand public, ordre du roi oblige.

En fin de compte, en lisant ce livre, j’ai eu l’impression de soulever un petit pan d’histoire qu’on n’apprend pas dans les manuels scolaires, les coulisses de la cour de Louis XIV.

Le seul bémol pour moi aura été la longueur du roman, 125 pages, c’est trop court ! On ne peut s’attacher au personnages de la même manière que dans un plus long roman, et il m’a manqué ce petit attachement, pour pouvoir classer ce livre en coup de coeur.

On peut reprocher à La chambre ardente d’être redondant, redondant surtout dans les dates, les noms, les liens entre les différentes protagonistes, et il est vrai que Max Gallo se répète souvent, seulement pour moi, ce n’est pas un bémol, au contraire, ses répétitions sont utiles à la bonne compréhension du récit. Sans cela, le lecteur serait facilement perdu, et abandonnerait sa lecture aussitôt commencé.

Pour autant, j’estime qu’il faut connaitre un minimum cette période de l’Histoire et ses protagonistes avant de s’engager dans ce livre. Il n’est pas ardu  à proprement parler mais j’ai été heureuse de déjà connaitre les personnages avant puisque j’en ai d’autant plus apprécié ma lecture !

Pour conclure, j’ai eu affaire avec La chambre ardente à un petit roman, rapide à lire ( malheureusement ), passionnant et riche en révélations ! A conseiller.

Anne. 

Rentre dans le challenge La Pal, la Pal, la Pal

Publicités

2 commentaires

  1. […] Si vous avez envie de découvrir les coulisses de la cour du roi Louis XIV de la meilleure façon qui soit : Au programme, empoisonnements, complots, infanticides, messes noires et autres joyeusetés. Un très bon livre, néanmoins il aurait mérité d’être plus long. La chronique ici  […]

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s