Casse-Noisette et le roi des souris d’ETA Hoffmann #9

Casse-Noisette.png

Genre : Fantastique, conte, jeunesse 

125 pages 

Grace au bookclub de mois de décembre de Livraddict, j’ai pu découvrir ce petit conte parfait en cette période de fêtes.

C’était la premiere fois que je le lisais et pour ne rien vous cacher, je ne connaissais Casse Noisette que par le ballet de Tchaïkovski et absolument pas par sa version originale de Ernst Theodor Amadeus Hoffmann. Et quelle découverte !

J’ai été convaincue dès les premières pages, on plonge avec Marie et sa famille, tous bien nés et avec une bonne situation, dans un Noël folklorique du XIXème. Un Noël où la tradition chrétienne est omniprésente, où il y a peu de cadeaux mais où tous sont très finement travaillés et chéris par les enfants de la maison qui en prennent grand soin, où les enfants respectent et obéissent aux adultes…

On a donc un début d’histoire très à l’ancienne avec des valeurs qui ne perdurent que peu aujourd’hui. Marie, la petite héroïne est très proche de ses jouets, et fait grand cas de son casse noisette que son grand frère, un peu brute, a malencontreusement abimé. C’est à partir de cet instant que le conte prend une toute autre tournure et devient absolument surréaliste, ultra-moderne et complètement déjanté, il faut bien l’avouer.

Eta Hoffmann réussit avec brio, et grâce à Marie qui passe d’un monde à l’autre, à faire cohabiter le monde réel, très sérieux, conventionnel et moral et le royaume des poupées qui obéit à ses lois propres, beaucoup plus enfantin, déluré, gourmand et complètement fou.

J’ai retrouvé dans ce livre un univers assez similaire à celui d’Alice au pays des merveilles, avec des situations loufoques à souhait, je pense, notamment au conte dans le conte, c’est à dire, l’histoire de la noix dure racontée par le parrain Drosselmeier ou la princesse Pirlipat est affublée d’un père fou de charcuterie et cette réplique fabuleuse :

« Trop peu de lard ! »

La fin du conte est une véritable overdose de sucre, chocolat et autres friandises et devrait régaler les plus gourmands d’entre vous. La fin est un peu trop rapide à mon gout et j’aurais adoré rester un peu plus longtemps dans ce monde merveilleux.

En bref, ce livre enseigne de belles valeurs, est un vrai puit d’imagination et de créativité, et nous offre le plus merveilleux des royaumes, fait de sucres, de guimauves, de lac de limonade et de toits en chocolat.

Une très jolie découverte !

Ps : Je vous invite à lire les conversations du bookclub ( lien en haut de l’article) si vous avez envie d’en savoir plus sur ce conte, il y a beaucoup de choses très intéressantes à lire 🙂

Anne. 

Rentre dans le challenge La Pal, la Pal, la Pal 

 

 

 

Publicités

10 commentaires

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s